section header EN  

Atelier national des biens immobiliers 2020 de l'IBIC 
(Édition virtuelle)
Un GC à guichet unique : L’art de l’intégration

Présentations simultanées

Volet 4A - L’art de faire évoluer le milieu de travail : Où est votre nouveau milieu de travail? (Études de cas)

  • Le 25 novembre de 13 h à 13 h 45 HNE / 10 h à 10 h 45 HNP - Programme de réhabilitation de l’Édifice du Centre : Réponse sur place à la COVID-19
  • Le 25 novembrede 14 h 15 à 15 h HNE / 11 h 15 à 12 H HNP - Créer le milieu de travail de l’ARC de demain
  • Le 25 novembre de 15 h 30 à 16 h 15 HNE / 12 h 30 à 13 h 15 HNP - Terrain inconnu : Relance des opérations en période de pandémie

Volet 4B - L’art de mettre en place des politiques et des programmes dans une perspective à long terme : prédire l’avenir (Considérations de conception)

  • Le 26 novembre de 12 h 45 à 13 h 30 HNW / 9 h 45 à 10 h 30 HNP - Projet de réhabilitation de l’Édifice du Centre – Intégration de la conception du patrimoine
  • Le 26 novembre de 14 h à 14 h 45 HNE / 11 h à 11 h 45 HNP - Cadre de conception de laboratoires reproductible et avenir de la conception de laboratoires du gouvernement du Canada

 

Programme de réhabilitation de l’Édifice du Centre : Réponse sur place à la COVID-19
Marc-Olivier Ranger1 et Matthew Rinfret2
1Services publics et Approvisionnement Canada
2PCL/ED, une coentreprise

L’objectif de cette présentation est de partager les mesures qui ont été prises pour permettre la poursuite sécuritaire des travaux dans le cadre du projet de réhabilitation de l’Édifice du Centre en pleine pandémie de la COVID-19, et de souligner le partenariat entre Services publics et Approvisionnement Canada et le gestionnaire de la construction.

Résumé

En mars et avril 2020, le gouvernement de l’Ontario a annoncé que les activités de construction seraient réduites dans toute la province pour aplanir la courbe de la pandémie de la COVID-19. Parallèlement, la majorité des employés de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) ont reçu l’ordre de travailler à domicile, conformément à la directive du Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada visant à mettre en œuvre la distanciation physique partout dans la fonction publique fédérale. Bien que les projets de construction fédéraux ne relèvent pas de l’autorité provinciale, SPAC a réduit ses activités de construction dans toute la province dans un esprit de collaboration intergouvernementale, ainsi que pour montrer l’exemple et respecter les conseils des responsables de la santé publique. Compte tenu de la désignation du Centre comme infrastructure publique clé, les activités de construction se sont poursuivies dans le cadre du Programme de réhabilitation de l’Édifice du Centre, ce qui a permis l’emploi sécuritaire de plus de trois cents travailleurs pendant une période économique difficile, sans le signalement d’un seul cas de COVID-19 (en juin 2020). Ces résultats ont été atteints dans le cadre du Programme grâce à l’élaboration et à la mise en œuvre de protocoles de santé et de sécurité sur le chantier de construction qui sont parmi les meilleurs dans l’industrie et qui sont fondés sur des mesures rigoureuses de prévention, de détection et d’intervention. Ce faisant, l’Édifice du Centre a contribué à façonner les pratiques exemplaires de l’industrie qui ont été par la suite adoptées et publiées par l’Association canadienne de la construction (ACC), qui a ainsi contribué à maintenir ou à soutenir une réouverture rapide du secteur. La présentation décrira ces mesures, la façon dont elles ont été décidées et mises en œuvre et le succès auquel elles ont contribué sur place. Les principales leçons retenues seront également partagées, de même que les idées sur la planification de la reprise des activités dans un environnement post-COVID-19.

Marc-Olivier Ranger, directeur principal – Construction, Programme de réhabilitation de l’Édifice du Centre, Direction générale de la science et de linfrastructure parlementaire, Services publics et Approvisionnement Canada
Depuis son arrivée en janvier 2019, Marc-Olivier Ranger soutient la transition du programme de la conception aux premiers travaux de construction. Il a acquis une vaste expérience de la gouvernance ministérielle et des programmes d’infrastructure dans ses rôles de leadership au Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada. Marc-Olivier a contribué à la création de programmes nationaux d’infrastructure et a participé à des projets d’infrastructure exécutés sous la forme de partenariats public-privé, y compris le nouveau projet de corridor du pont Samuel-De Champlain et le pont international Gordie-Howe.

Matthew Rinfret, directeur de projet, PCL/ED, une coentreprise
Fort de 20 ans d’expérience dans le secteur de la construction, Matthew Rinfret a travaillé sur divers projets dans le rôle de consultant, de représentant du propriétaire, d’entrepreneur général et de directeur des travaux. Il détient une maîtrise en génie civil en construction et en gestion de projet de l’Université de la Colombie-Britannique et un baccalauréat en génie civil de l’Université d’Ottawa. Matthew est ingénieur professionnel (Ontario) et professionnel, certifié du Sceau d’or (P.GSC). Matthew a récemment terminé le « High Potential Development Program » de PCL Construction et a été nominé au « Top Forty Under 40 » d’Ottawa en 2014.

 

Créer le milieu de travail de l’ARC de demain
Nandini Srikantiah et Nathalie Kachulis
Agence du revenu du Canada

L’objectif de cette présentation est de présenter l’adaptation de l’Agence du revenu du Canada à l’évolution du contexte du milieu de travail post-COVID-19 et l’avenir du milieu de travail du point de vue de l’Agence, et d’en discuter.

Résumé

L’objectif de cette présentation est de décrire l’adaptation de l’Agence du revenu du Canada (ARC) à l’évolution du milieu de travail post-COVID-19 et sa vision de l’avenir du milieu de travail. L’ARC compte 102 édifices à l’échelle du pays et emploie environ 45 000 personnes. Elle opère dans tous les grands centres urbains canadiens, ainsi que dans des endroits plus petits comme Shawinigan (Qc), Moncton (N.-B.), Sudbury (Ont.) et Iqaluit (Nun.) pour n’en nommer que quelques-uns. Ses immeubles sont principalement constitués de locaux à bureaux destinés à appuyer la production de revenus et l’administration des prestations.

L’ARC a été un chef de file en matière d’adaptation à l’évolution du contexte du milieu de travail après la COVID-19. Cela est principalement dû au fait que les lieux de travail physiques et virtuels devaient être mis en place pour un grand nombre de ses employés dès le début, afin de pouvoir fournir des services essentiels et d’appuyer les prestations d’intervention d’urgence du gouvernement du Canada en réponse à la COVID-19, à savoir la Prestation canadienne d’urgence (PCU), la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC), la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants (PCUE) et d’autres programmes essentiels, tout en assurant la santé, la sûreté et la sécurité des employés. Les grands centres fiscaux de Winnipeg (Man.), Jonquière (Qc), de Summerside (T.-N.-L.) et Sudbury (Ont.), ainsi que certains endroits de la région de la capitale nationale (RCN), axés sur le mode de services essentiels dès avril 2020, comptent sur un contingent sur place de plus de 1 000 employés et 15 000 autres employés travaillant à distance. Depuis, l’Agence s’est adaptée avec succès au nouvel environnement en transférant ses opérations, en déployant de nouvelles technologies et infrastructures informatiques et en mettant en œuvre des plans de continuité des activités.

À l’heure actuelle, l’ARC s’oriente vers une reprise totale des activités, avec environ 4 100 employés travaillant sur place et 38 000 à distance. Vu que la plupart des employés de l’Agence travaillent actuellement à domicile avec succès, le milieu de travail en soi est activement réinventé en fonction de trois piliers principaux : les aspects physiques, virtuels et culturels. Selon un récent sondage interne auprès des employés, la grande majorité des personnes qui travaillent à distance aimeraient continuer à travailler à domicile à temps plein ou partiel. La nouvelle préférence pour une combinaison de milieux de travail virtuels et physiques se prête à la vision de l’Agence d’espaces de travail conçus pour la souplesse, l’agilité et l’adaptation. L’Agence élabore sa vision de l’avenir pour son milieu de travail par une approche de collaboration. La collaboration est dirigée par une équipe d’intégrateurs en milieu de travail, dotée de l’expertise des fournisseurs de services internes de l’ARC, à savoir les directions générales des biens immobiliers, de la sécurité, des ressources humaines (RH) et de la technologie de l’information. Cette équipe travaillera de concert avec Services publics et Approvisionnement Canada pour élaborer une stratégie de mise en œuvre à long terme appropriée. Cette présentation décrira la vision de l’ARC pour le milieu de travail de demain et le processus utilisé pour y arriver.

Nandini Srikantiah, directrice générale, Biens immobiliers et intégration des services, Agence du revenu du Canada
Nandini Srikantiah possède 30 ans d’expérience dans les secteurs privé, public et universitaire. Elle a entamé sa carrière à Nortel en développant des logiciels de pointe. Puis, elle a nourri un intérêt pour la gestion de projet. Au ministère de la Défense nationale, elle a reçu un financement pour des études supérieures en Australie et a mené avec succès des projets d’acquisition de matériel militaire à grande échelle. Ouvrant la voie à la Stratégie nationale de construction navale, elle a dirigé le projet de la Marine pour des navires de patrouille extracôtier et de l’Arctique, depuis le concept du design jusqu’à la construction du premier navire. Par sa combinaison de la théorie et de la pratique, Nandini a ensuite été chargée de lancer la Maîtrise en affaires de leadership de projets complexes de l’Université d’Ottawa. À l’heure actuelle, Nandini est directrice générale des biens immobiliers à l’Agence du revenu du Canada.

Nathalie Kachulis, directrice générale, Intégration stratégique des affaires, Agence du revenu du Canada
Nathalie Kachulis possède plus de 30 ans d’expérience en tant que fonctionnaire, dont plus de 20 ans dans le domaine des ressources humaines. Travaillant à l’heure actuelle à titre de directrice générale de la Direction de l’intégration stratégique des affaires de la Direction générale des ressources humaines de l’Agence du revenu du Canada, elle a occupé divers postes au Bureau du Conseil privé et à Industrie Canada (maintenant Innovation, Sciences et Développement économique Canada), y compris celle de cheffe des ressources humaines. Ces jours-ci, ses responsabilités comprennent la planification stratégique de l’effectif, l’analyse de personnes, les rapports sur les RH et la mesure du rendement, entre autres. Par ailleurs, son attention est portée sur la transformation de la fonction des RH de l’ARC et la préparation de l’Agence à l’avenir du travail, tout cela dans une optique axée sur la clientèle.

 

Terrain inconnu : Relance des opérations en période de pandémie
David Paquette, Services publics et Approvisionnement Canada

L’objectif de cette présentation est de présenter un résumé des défis et des leçons apprises tout au long de la réouverture des opérations du receveur général à Matane, au Québec. Cette présentation décrira le processus suivi pour assurer une relance sécuritaire et efficace, tout en mettant en évidence la façon dont notre processus de gestion de projet a été adapté à une situation extrêmement changeante et à un environnement de travail totalement réinventé.

Résumé

À la mi-mars, au milieu d’une série de fermetures progressives mises en place par le gouvernement du Québec pour lutter contre la pandémie mondiale, les opérations du receveur général (RG), situé à Matane, au Québec, ont été brusquement interrompues. Il n’a cependant pas fallu longtemps pour comprendre à quel point leurs services étaient essentiels pour les citoyens et les institutions financières. Une reprise rapide, mais sécuritaire, était devenue nécessaire. Cette présentation résume notre expérience dans la coordination de la relance des opérations du RG de Matane.

Dans la première partie, nous présenterons le contexte général de ce projet. Nous décrirons les activités de la Direction de l’imagerie et des opérations du receveur général et indiquerons certaines caractéristiques opérationnelles et immobilières précises qui ont contribué à la complexité d’un redémarrage complet. Nous décrirons également la composition de l’équipe de projet, ainsi que notre approche à la gestion de projet et aux communications. Nous décrirons ensuite certains des défis auxquels nous avons dû faire face dans le cadre de la planification et de l’exécution du redémarrage des processus de réconciliation à Matane. Les sujets abordés comprendront la gestion des ressources humaines et matérielles dans un contexte de pandémie, la compréhension et la schématisation des complexités des opérations du RG pour garantir un environnement de travail sécuritaire tout en limitant l’impact sur la productivité, la cueillette, la compilation et l’application des recommandations de santé et de sécurité au travail (SST), ainsi que l’adaptation logistique à un environnement de travail maintenant défini par la distanciation physique, le contrôle de la circulation, la gestion des portes, des mesures sanitaires supplémentaires et la nécessité de fournir aux employés tous les renseignements dont ils ont besoin pour se protéger.

Enfin, nous décrirons certaines des leçons retenues de ce processus, de façon à fournir des renseignements pertinents et concrets sur la gestion des crises, sur la façon de s’adapter aux changements majeurs de SST tout en maintenant un niveau élevé de productivité et sur la façon d’aider nos employés dans ces temps difficiles. Nous mettrons également l’accent sur l’importance d’établir une culture axée sur la résolution de problèmes et le leadership, ainsi que sur les avantages de la mise en place d’une petite équipe de projet verticale pour s’adapter rapidement et efficacement.

David Paquette, gestionnaire de projet, Centre de solutions en imagerie de documents, Direction de l’imagerie et des opérations du receveur général, Services publics et Approvisionnement Canada
David Paquette est gestionnaire de projet au Centre de solutions en imagerie de documents de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), situé à Matane (Québec). Parmi ses responsabilités, mentionnons la prestation de services et d’expertise en imagerie aux clients d’organismes fédéraux, la coordination du déploiement de projets d’imagerie et la participation à des stratégies de développement et de continuité des opérations. Au printemps 2020, il a été temporairement déployé comme gestionnaire de projet pour coordonner la relance des opérations du receveur général.

 

Projet de réhabilitation de l’Édifice du Centre – Intégration de la conception du patrimoine
Andrew Wisniowski1 et Victoria Angel2
1Services publics et Approvisionnement Canada
2ERA Architects

L’objectif de cette présentation est de démontrer le travail de conception intégré qui est effectué sur l’Édifice du Centre et qui se traduit par une forte conservation du patrimoine dans le cadre de la modernisation de la conception.

Résumé

La Colline du Parlement et l’Édifice du Centre sont deux éléments emblématiques de l’environnement bâti du Canada et ont été reconnus comme tels il y a plus de quarante ans. Cette présentation montrera à quel point la conservation du patrimoine est intégrée au travail de conception de l’Édifice du Centre. Lorsque le projet de remise en état de l’Édifice du Centre a été lancé, il était entendu que son déroulement mettrait fortement l’accent sur la conservation du patrimoine et que la conception devrait intégrer les considérations patrimoniales dans son ADN même pour réussir. Il n’est pas surprenant que deux des principes directeurs du projet fassent allusion à cette réalité : « Valeurs symboliques et culturelles – Renforcer le rôle de l’Édifice du Centre en tant que représentation symbolique des identités, des valeurs et de la diversité historiques et contemporaines du Canada » et « Excellence de la conception et de la conservation – Démontrer le respect de l’intention originale de conception, des principes des Beaux-Art, du style néogothique, des valeurs patrimoniales et du rôle de l’Édifice du Centre. Intégrer les nouvelles exigences en matière de programmation dans le respect des contraintes physiques et conformément aux Normes et lignes directrices pour la conservation des lieux historiques du Canada. » En réponse à cela, le projet a été structuré et dirigé de manière à intégrer la conception du patrimoine, à tirer parti de la capacité du secteur privé au sein du bureau de projet intégré pour planifier et poursuivre les travaux, à internaliser la surveillance et l’examen du patrimoine et à lier les travaux du projet à l’ensemble de la collectivité fédérale du patrimoine.

Andrew Wisniowski, directeur principal – Conception et approbation, rection générale des sciences et de l’infrastructure parlementaire, Services publics et Approvisionnement Canada
Andrew Wisniowski a obtenu sa maîtrise en génie au Collège militaire royal du Canada et a complété vingt ans de service au sein des Forces canadiennes à titre d’officier du génie militaire. Andrew possède une vaste expérience de conception et de gestion de projets pour un éventail important de types d’occupation de bâtiments et d’ouvrages d’ingénierie. Il a géré des projets à l’aide de divers modèles de prestation de services de construction. Dans le cadre de ses travaux récents, mentionnons son rôle de directeur de projet pour le projet de revitalisation architecturale au Centre national des Arts du Canada et de directeur de projet principal pour la construction de l’édifice Edward-Drake à Ottawa.

Victoria Angel, associée et responsable du patrimoine culturel, ERA Architects
Victoria Angel est une associée et la responsable du patrimoine culturel à ERA Architects Inc., où elle élabore des plans de stratégies de conservation du patrimoine pour les lieux historiques et les zones urbaines. Parmi ses projets récents, mentionnons la réhabilitation des édifices du Sénat du Canada et la revitalisation du Centre national des Arts du Canada. Victoria a déjà travaillé pour Parcs Canada, où elle dirigeait l’élaboration du Répertoire canadien des lieux patrimoniaux et était gestionnaire du Bureau d’examen des édifices fédéraux du patrimoine. Victoria possède un baccalauréat ès arts (honneurs) en histoire de l’art et une maîtrise ès arts en conservation du patrimoine. Elle est professeure associée à l’Université Carleton et membre du Conseil consultatif de l’École des arts de la Willowbank School of Restoration Arts à Queenston, en Ontario.

 

Cadre de conception de laboratoires reproductible et avenir de la conception de laboratoires du gouvernement du Canada
Christopher Gatt1 et Paul Langevin2
1Services publics et Approvisionnement Canada
2Merrick Canada

L’objectif de cette présentation est de décrire le Cadre de conception de laboratoire reproductible comme une nouvelle norme de conception de laboratoire et son applicabilité à la conception d’équipes de projet et de laboratoires scientifiques.

Résumé

L’établissement d’une infrastructure solide fait plus que seulement protéger les Canadiens, elle aide à renforcer l’économie canadienne et à favoriser l’innovation. Grâce à l’initiative du gouvernement du Canada visant à revitaliser les sciences fédérales et à faciliter la collaboration, Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), en collaboration avec les ministères et les organismes à vocation scientifique, s’efforce à fournir aux scientifiques canadiens l’accès à des installations et à des outils de calibre mondial pour appuyer l’excellence et l’innovation scientifiques, tant aujourd’hui qu’à l’avenir. Le Cadre de conception de laboratoires reproductible (CCLR) est une nouvelle norme de conception de laboratoire en cours d’élaboration. Une fois mis au point, le CCLR sera un outil important pour s’assurer que l’uniformité et les pratiques exemplaires sont appliquées à la création de laboratoires fédéraux partout au Canada. Le CCLR fournira des indicateurs de rendement auxquels les futurs laboratoires seront comparés. Une fois établi comme document national de pratiques exemplaires, le CCLR continuera d’être mis à jour et servira de référence à d’autres normes nationales pour les projets d’infrastructure scientifique. La présentation portera sur le processus de développement, le contenu et l’application future du CCLR en (1) présentant son stade actuel de développement et (2) élaborant des plans visant à rejoindre les experts de l’industrie pour leur contribution à l’amélioration du document.

Christopher Gatt, Ordre des architectes de l’Ontario, responsable des services techniques, Direction générale de la science et de l’infrastructure parlementaire, Services publics et Approvisionnement Canada
Christopher Gatt est architecte accrédité en Ontario et diplômé de l’Université Carleton (1985). Depuis 2017, il est l’architecte en chef et conseiller technique responsable de l’initiative visant à revitaliser l’infrastructure scientifique fédérale avec Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC). Ses responsabilités comprennent la prestation de normes de conception technique et de services opérationnels en architecture et en ingénierie. Auparavant, il a passé la plus grande partie de son mandat au gouvernement à titre de gestionnaire national de l’architecture au sein de la Direction générale des biens immobiliers de SPAC. Avant de se joindre au gouvernement en 2009, il avait une longue carrière diversifiée dans la conception d’édifices surtout au Canada, en Chine et aux États-Unis.

Paul Langevin, principal spécialiste en conception de laboratoires, Merrick Canada
Paul Langevin est un ingénieur professionnel accrédité en Ontario et dans plusieurs autres provinces canadiennes. Il a obtenu un diplôme de l’Université Queen’s en 1982. Il est actuellement l’un des cadres supérieurs de la coentreprise travaillant pour Merrick Canada et le Cadre. Le Cadre est le consortium de Stantec, Merrick et Dialog qui élabore la nouvelle norme fédérale du CCLR pour la conception de laboratoires et qui fournit des programmes et des études conceptuelles pour appuyer le renouvellement de l’infrastructure scientifique fédérale. Ayant déjà travaillé à Agriculture et Agroalimentaire Canada avant de se joindre à Merrick, Paul a soutenu la création de laboratoires dans plus de 40 pays et continue de participer activement aux solutions de conception de projets.

 

Questions fr

fb icon   Twitter icon   linkedIn icon