2017 FCSRW web banner FR

 

 Volet 2B: ESQUIMALT - ASSAINISSEMENT

Téléchargez la version imprimable du résume 

<< -  -  -  -  -  -  -  -  -  - >>

Liens Rapides: 

<< -  -  -  -  -  -  -  -  -  - >>

Évaluation et conception de la compensation des habitats marins pour de multiples projets menés près du port d’Esquimalt, en Colombie-Britannique
Jessica Wilson1, John Readshaw1, Doug McMillan1, Jeff Lainsbury1, Scott Irwin2
1SNC-Lavalin
2Construction de Défense Canada

L’objectif de cette présentation est de discuter de certains aspects liés à l’ingénierie côtière de trois projets du ministère de la Défense nationale, y compris l’évaluation des options de compensation, de l’approche en matière de conception et du plan conceptuel.

Résumé

De nombreux projets d’amélioration ont été proposés par le ministère de la Défense nationale pour les régions côtières situées à la pointe sud-ouest de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique. Les améliorations incluaient deux projets au port d’Esquimalt (flotte de petites embarcations [FPE] et l’unité de plongée de la flotte [UPF]) et un projet à la baie de Pedder (BP; jetée de Rocky Point). Chacun de projets englobait une grande quantité de sédiments du fond marin contaminés par le passé, et, sans compensation des pertes d’habitat, les projets proposés réduiraient davantage les habitats disponibles et la diversité dans la région.

La première partie du projet a été réalisée par SNC-Lavalin Inc. pour Construction de Défense Canada au cours de l’exercice 2015-2016 et incluait une analyse des options concernant l’habitat marin pour les trois projets proposés. Dans le cadre de cette analyse, SNC-Lavalin a élaboré un cadre pour évaluer les options de compensation des habitats en utilisant des critères de compensation de l’habitat, en examinant les exigences de Pêches et Océans Canada (MPO) en ce qui a trait à la production des pêches commerciale, récréative et autochtone (CRA) et en tenant compte des environnements physiques propres aux sites et des exigences liées à l’ingénierie côtière. Les résultats de l’analyse des options en matière d’habitat ont ensuite été utilisés pour éclairer la sélection de trois options d’ingénierie aux fins d’études et de travaux de conception complémentaires, notamment les suivants :

(1)        la flotte de petites embarcations – revêtement amélioré;

(2)        l’unité de plongée de la flotte – récifs rocheux submergés;

(3)        la jetée de Rocky Point – plage intertidale.

Les rapports intitulés « Marine Habitat Offsetting Conceptual Design » (plan conceptuel de la compensation des habitats marins) et « Marine Habitat Offsetting Engineering Design Basis » (base de la conception technique de la compensation des habitats marins) ont ensuite résumé les tâches requises dans l’élaboration des plans conceptuels, des études de faisabilité et des estimations des coûts pour chaque projet. Les rapports contenaient des estimations des coûts de classe « C » pour mener des études environnementales approfondies pour chaque région (par exemple, des relevés en plongée, un examen documentaire des données géotechniques et environnementales), ainsi que des estimations pour les aspects liés à l’ingénierie, à la conception et à la construction. Cette présentation portera sur les aspects liés à l’ingénierie côtière des trois projets, y compris l’évaluation des options de compensation, de l’approche en matière de conception et du plan conceptuel.

  

<< -  -  -  -  -  -  -  -  -  - >>

Contrôle des sédiments en suspension pendant la phase 2 du dragage d’assainissement des sédiments dans la cale sèche d’Esquimalt
Norm Healey1, Dan Berlin2, David Mckeown3, Christopher Major4, Andrew Mylly4, Dave Osguthorpe4, Matt Woltman2, Tom Wang2, Ryan Hill1, Dave Kettlewell5
1Azimuth Consulting Group Partnership
2Anchor QEA, LLC
3SLR Consulting (Canada) Ltd.
4Services publics et Approvisionnement Canada
5SNC-Lavalin Inc.

L’objectif de cette présentation est de décrire la conception d’une barrière de protection temporaire contre la remise en suspension afin d’empêcher la recontamination des sédiments déjà assainis autour de la zone d’assainissement de la phase 2 de la cale sèche d’Esquimalt, ainsi que les méthodes et les résultats associés à la surveillance de la qualité de l’eau et des sédiments afin d’évaluer l’efficacité de ces méthodes. 

Résumé

La cale sèche d’Esquimalt (CSE) est située dans le port d’Esquimalt sur l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique, et est gérée par Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC). La CSE est la plus importante forme de radoub commerciale de la côte Ouest des Amériques et est utilisée pour l’entretien et la réparation de navires militaires et civils depuis 1927. La contamination historique des sédiments est attribuable à un large éventail de produits chimiques, y compris les métaux, les biphényles polychlorés (BPC), le tributylétain et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP).

Afin de soutenir les objectifs du Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux (PASCF), SPAC a élaboré un plan d’action d’assainissement à phases multiples et une conception d’ingénierie pour le nettoyage des sédiments contaminés du plan d’eau de la CSE et de ses environs. La phase 1A a été achevée en 2013 et comprenait l’installation d’un rideau de paraplanches d’acier autour des structures de jetée de bois déjà existantes pour prévenir toute recontamination des sédiments assainis dans le cadre des phases subséquentes du projet. La phase 1B a été achevée en mars 2014 et prévoyait un dragage correctif de 144 000 mètres cubes (m3) et l’élimination dans les hautes terres des sédiments contaminés. Les activités de la phase 2 ont été menées d’octobre 2015 à décembre 2016 et comprenaient la démolition de la structure de la jetée Sud qui était soutenue par des piles de bois d’œuvre, la réinstallation du rideau en palplanches d’acier et la construction d’une barrière de protection temporaire contre la remise en suspension des sédiments (BPTCRSS), l’élimination dans les hautes terres de 40 000 m3 de sédiments contaminés, la mise en place de matériaux de recouvrement sur le fond marin, l’installation de matériaux d’armature en pente et la modification de la structure restante de jetée en béton.

Le projet d’assainissement des sédiments du plan d’eau de la CSE constitue le plus important projet de dragage d’assainissement des sédiments jamais mis en œuvre par le gouvernement du Canada. La présentation décrit la conception et la construction de la BPTCRSS, de même que la surveillance du rendement effectuée dans le cadre de l’assainissement de la phase 2 afin de prévenir et d’évaluer la recontamination des zones déjà assainies du plan d’eau de la CSE.

La conception de la BPTCRSS exigeait la réinstallation du rideau de palplanches d’acier et l’installation d’un filtre à limon flottant dans le but de complètement contenir les sédiments remis en suspension grâce à un système unique permettant de sceller le filtre au rideau de palplanches. Des mesures de contrôle opérationnel et de surveillance étaient nécessaires pour limiter la quantité de sédiments remis en suspension ayant été générés par plusieurs méthodes de dragage dans les eaux libres et les zones d’accès limité, de même que pour éviter la recontamination des matériaux de recouvrement ayant été installés après le dragage de chacune des zones de construction.

Des critères de rendement sur la qualité de l’eau propre au projet ont été élaborés afin de protéger la vie aquatique dans l’environnement récepteur marin et d’assurer l’efficacité de la BPTCRSS pour empêcher la recontamination des zones déjà assainies du plan d’eau de la CSE. On a alors obtenu des critères relativement stricts de rendement sur la qualité de l’eau qui, pour certains paramètres, se situaient à l’intérieur de la plage de variabilité ambiante ayant précédemment été observée au port d’Esquimalt. Le plan de surveillance de la qualité de l’eau s’appuyait en grande partie sur les mesures in situ de la qualité de l’eau afin de fournir les résolutions spatiale et temporelle nécessaires pour établir la distinction adéquate entre les changements de la qualité de l’eau liés au projet et la variabilité ambiante et pour permettre la prise de mesures d’intervention en temps opportun. Plus de 20 000 mesures ont été adoptées sur le terrain en vue d’assurer la qualité de l’eau et environ 400 échantillons ont été recueillis pour l’évaluation en laboratoire des TSS, des métaux et des HAP. À quelques exceptions près, les paramètres de qualité de l’eau mesurés respectaient les critères de mesure de la qualité de l’eau.

On a recueilli des échantillons de sédiments de surface et on a effectué des relevés en plongée en dehors du cadre de travail de la phase 2 afin d’établir les conditions de référence en vue du lancement de la phase 2 du projet. Après le quasi‑achèvement du projet de la phase 2, les emplacements de référence et les emplacements où ont été prélevés des échantillons de sédiments [step-out] supplémentaires ont fait l’objet de nouveaux prélèvements en vue d’effectuer des comparaisons avec les valeurs cibles des mesures correctives du projet (valeurs cibles en matière d’assainissement) et les conditions de référence. Certains emplacements d’échantillonnage présentaient des concentrations élevées de contaminants préoccupants (CP) comparativement aux conditions de référence et surpassaient les valeurs cibles en matière d’assainissement. L’étendue spatiale des sédiments dont la composition chimique surpassait les valeurs cibles en matière d’assainissement a été limitée, tandis que les relevés en plongée effectués après les travaux d’assainissement n’indiquaient aucun dépôt important de matériaux ou de résidus de dragage en dehors de la BPTCRSS. L’augmentation des concentrations de CP dans les échantillons de sédiments en surface prélevés en dehors de la BPTCRSS pourrait être attribuable aux rejets périodiques de sédiments en suspension qui provenaient de la zone de travail de la phase 2 derrière la BPTCRSS; ceci étant dit, l’afflux de sédiments contaminés en provenance d’autres zones voisines du port pourrait également avoir contribué à l’augmentation de la concentration de CP. Afin d’aborder la hausse des concentrations de CP ayant été observées dans les échantillons de sédiments après la construction, l’entrepreneur a été contraint d’installer, dans les zones à concentrations plus élevées, une couche de sable pour la gestion des résidus afin de fournir une surface plus propre à la fin des travaux de construction. La couverture est conçue pour se mélanger au fil du temps avec les sédiments de surface sous-jacents afin de maintenir le respect des critères de rendement en matière d’assainissement. On prévoit effectuer une surveillance de suivi pour vérifier tout cela.

Les données tirées de la surveillance de la qualité de l’eau et du rendement en matière de chimie des sédiments prouvent que le système de la BPTCRSS a, dans l’ensemble, été très efficace pour prévenir le rejet de particules contaminées dans la colonne d’eau et dans le fond marin des zones ayant déjà été draguées du plan d’eau du CSE, qui ceinture la zone d’assainissement de la phase 2.

 

<< -  -  -  -  -  -  -  -  -  - >>

Habitat des poissons en jeu : À quel moment le dragage d’assainissement cesse-t-il d’engendrer des bénéfices nets pour l’environnement et commence-t-il plutôt à causer de graves préjudices aux poissons?
Derek Nishimura, Golder associés ltée

L’objectif de la présentation est de discuter de la façon dont la valeur des habitats du port d’Esquimalt était caractérisée, des efforts déployés afin d’éviter la perturbation des habitats de grande valeur, des mesures d’atténuation qui pourraient être appliquées afin de réduire au minimum les changements apportés à l’habitat des poissons et, finalement, de la façon dont ces facteurs ont été combinés afin de déterminer de façon globale si les activités d’assainissement et la mise à niveau des installations auraient pu engendrer de graves préjudices aux poissons et si des mesures de compensations s’imposaient.

Résumé

Le ministère de la Défense nationale (MDM) met en œuvre un programme d’assainissement des sites aquatiques contaminés au port d’Esquimalt dans le cadre de sa stratégie à long terme pour traiter les sédiments dont la contamination est attribuable à d’anciennes activités industrielles ayant été menées dans le port au milieu des années 1800. La zone du projet est actuellement détenue et gérée par le MDN et fait partie de la Base des Forces canadiennes (BFC) d’Esquimalt. Ce programme d’assainissement est l’un des plus importants programmes d’assainissement jamais entrepris sur la côte ouest du Canada et doit être mis en œuvre dans le cadre d’une approche par étapes qui ciblera tout d’abord six zones où la concentration de contaminants est plus élevée et où, dans certains cas, on effectue la mise à niveau des installations. L’assainissement à long terme et la gestion des autres zones du port seront fondés sur les résultats des mises à jour régulières par rapport à l’évaluation des risques pour la santé humaine et pour l’environnement. Dans l’ensemble, le programme d’assainissement a été conçu pour engendrer des avantages nets pour l’environnement.

Malgré la présence de contaminants, la zone soutient d’importantes ressources environnementales et la délivrance de permis pour le projet d’assainissement et les mises à niveau connexes en matière d’infrastructure devait satisfaire les dispositions sur la protection de l’habitat de la Loi fédérale sur les pêches, qui a changé ces dernières années et met désormais moins l’accent sur la capacité productive et davantage sur la productivité. Pour l’instant, la délivrance de permis de la Loi sur les pêches met l’accent sur la modification de l’habitat des poissons associée à la mise à niveau des installations et non sur le dragage d’assainissement.

Les zones de littoral près du port d’Esquimalt sont principalement constituées de substrats durs, comme la roche et le substratum, alors que les fonds marins sont principalement constitués de sédiments non consolidés plus fins. Cette gradation du substrat détermine les valeurs de l’habitat qui doivent être prises en considération dans chacune des zones d’assainissement afin de quantifier la possibilité de perte de productivité attribuable aux activités d’assainissement. Dans le port, les substrats plus durs tendent à soutenir les habitats de plus grande valeur, comme les lits de varech et les autres macroalgues, qui sont importants pour les pêches commerciales, récréatives et autochtones liées aux espèces, ainsi que les espèces protégées, comme l’ormeau nordique (Haliotis kamtschatkana). En plus d’avoir une valeur plus importante, ces types d’habitats mettent généralement plus de temps à se reconstituer une fois qu’ils ont été perturbés. À l’inverse, les substrats plus mous fournissent des habitats de moins grande valeur et qui se reconstituent relativement rapidement après un dragage. Les modifications aux habitats de valeur plus élevée, qui mettent davantage de temps à se reconstituer, sont plus susceptibles d’avoir des incidences sur la productivité et, par conséquent, d’engendrer de graves préjudices pour le poisson, au sens de la Loi sur les pêches, et exigent par conséquent le besoin de compenser la perte de productivité.

Pour soutenir à long terme le programme d’assainissement et la mise à niveau des installations du port d’Esquimalt, le MDN a mis sur pied de manière proactive un programme de compensation des habitats qui comporte une « banque » d’habitats du poisson, lesquels sont aménagés avant la tenue d’activités qui pourraient causer de graves préjudices au poisson. Alors que l’on traite chacune des composantes de projet, la perte de productivité est quantifiée et comparée aux habitats que comporte la banque. Dans certains cas, le type d’habitat touché ne correspond pas aux habitats de la banque, on met donc en application différentes « méthodes de conversions ».

La présentation abordera la façon dont les valeurs de l’habitat dans le port d’Esquimalt étaient caractérisées, les efforts déployés afin d’éviter la perturbation d’habitats de grande valeur, les mesures d’atténuation qui pourraient être appliquées afin de réduire au minimum les changements apportés à l’habitat des poissons et la façon dont ces facteurs ont été combinés afin de déterminer de façon globale si les activités d’assainissement et la mise à niveau des installations pourraient engendrer de graves préjudices aux poissons et si des mesures de compensations s’imposent

 
 

<< -  -  -  -  -  -  -  -  -  - >>